Les Evanescentes

Cette pièce est un collage de textes de théâtre contemporain, de roman, de chansons qui aborde des questions féministes à partir de la réécriture du mythe grec de la nymphe Daphné. Celle-ci est une nymphe libre et indépendante, répugnée par le mariage. Apollon, suite à une querelle avec Cupidon, est touché par la flèche de l’amour et, porté par un désir violent, pourchasse Daphné de par les bois . Celle-ci, sachant qu’elle ne peut lui échapper par la seule vitesse de ses jambes, se métamorphose alors en arbre et évite ainsi l'agression certaine. Terrifiée par le sort que lui promet Apollon, elle préfère se retirer du monde, devenir intouchable. 

 

Nos deux personnages principales sont deux adolescentes, qui elles aussi, sont tétanisées par ce qui les attend dans le monde et préféreraient sans doute se métamorphoser. Car où trouver la force de s’intégrer dans cette société virile ?

 

Sur le plateau, leurs peurs et leurs espoirs apparaissent mystérieusement sous la forme d’un chœur, qui raconte les vies des femmes qu’elles pourraient devenir. C’est un spectacle féministe empreint de magie et de mystique, dans lequel nous travaillerons à partir d’une écriture de plateau et selon un fonctionnement de création collective où les choix seront décidés collégialement.

 

 

La critique, par Luce Ripahette :

 

Les Evanescentes, ou l'insoumission poétique.

 

Au-delà de la mise en scène de la pièce d’Azur Couturier, « Les Evanescentes » partage un regard critique et poignant à l’égard de la société patriarcale. En construisant une atmosphère poétique et engagée pour son premier spectacle, la jeune metteuse en scène réunit cinq comédiennes de la génération Y autour d’une superbe fable féministe qui n’a pas peur de se revendiquer comme telle.

 

Au début de la pièce, les deux amies se disputent une partie de bataille navale. Au centre de leur conversation et de leur désaccord : leurs manières de vivre et d’appréhender leurs vies face aux mille et une injonctions de la société faites aux femmes. Un chœur de 3 femmes illustre cette société et nous rappelle son poids tout au long du spectacle. Eva et Océane, essaient tant bien que mal, chacune à leur manière, de s’émanciper de ce monde dans lequel elles ne se retrouvent pas. 

On nous dépeint leurs premières années de collège comme une jungle intransigeante qu’elles ont subi et dont le souvenir demeure. C’est ainsi qu’au fil du temps, à la manière de Daphné pour échapper au viol (« Les métamorphoses » d’Ovide), Eva choisira de se transformer en arbre pour échapper à ce monde qu’elle ne supporte plus.

La pièce est une forme d’étude du comportement de ces deux jeunes filles face à la société. On observe leurs réactions, leurs questionnements, leurs coups de gueule et leurs rêves à travers un texte ouvertement féministe qui fait du bien à entendre.

L’univers proposé est prenant, il vous happe et vous garde tout au long de la pièce. Elles sont cinq femmes d’une vingtaine d’années et le temps d’une représentation réussissent à faire vivre, entre poésie et violence, des mots d’une grande justesse.

La fuite de ces deux femmes, qu’elle qu’en soit la forme, trouve un sens supplémentaire face à l’actualité. Notamment lorsque l’une d’entre elles dévoile le hashtag #metoo dans les dernières minutes de la pièce. 

 

Une expérience forte en résonance avec ce que nous traversons aujourd’hui. 

CONTACTS : 

Azur Couturier :  Aure.C@live.com

 

06 66 94 42 18